Tous les jours…

Posté par Krikri Ma Puce le 20 octobre 2011

Tous les jours je la voyais parcourir les sentiers de graviers à la recherche d’une capture qui ferait briller son regard d’une joie profonde.

Tous les jours, je la suivais de loin pour encore découvrir cette sensation ultime qui lui donnait ce charme qui disparaissait dès que son regard plongeait dans le vide du commun des mortels.

Tous les jours je m’interrogeais sur le pourquoi de cette ombre constante qui creusaient ses traits plus profondément sur son visage alors qu’au moment où elle s’émerveillait elle rajeunissait du coeur et de l’âme.

Tous les jours, je désirais l’interpeller mais j’avais la crainte suprême de ne plus jamais la revoir. Et ça, sans trop comprendre pourquoi, je ne voulais pas. Je me devais de comprendre cette femme qui s’illuminait en capturant des images sur un appareil de qualité qui prenaient toute son attention.

Tous les jours, je la suivais donc, pour en apprendre un peu plus sur elle.

Tous les jours, c’était une nouvelle perception qui la transformait en une beauté non pas charnelle, mais spirituelle. Ce n’était pas son corps qui m’emportait. C’était ses réactions telle une enfant devant la nature qui me charmait.

Un jour par contre, je ne la vis pas et j’en fus bouleversé.

Traumatisé par son absence, je restai là, sur ce banc où chaque jour je la voyais passer non loin de moi et qu’à partir de là, je la suivais à distance pour me laisser surprendre par son engouement d’enfant.

Je ne m’étais jamais douté que cette absence aurait eut un tel impact sur ma personne. Me croyant très détaché, je me rendis compte, que je ne l’étais vraiment pas. Et là, que faire ?

À SUIVRE….

Une Réponse à “Tous les jours…”

  1. Il y a de ces rencontres journalières qui deviennent presque intimes, sans comprendre pourquoi elles prennent place dans nos vies.

    Hélène*

Laisser un commentaire

 

allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
La Lorraine d'hier et d'auj... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer
| lespimoussessigneurs