Cessez de me Harceler

Posté par Krikri Ma Puce le 19 septembre 2011

Long poème sur la capacité à comment ‘guérir’ d’un deuil. Car dans le fond, on en guérit jamais complètement. Juste que l’on apprend à vivre avec la perte de la personne ou de l’animal qui était tout pour nous.

Accepter sa nouvelle vie sans l’être aimé, n’est pas simple et facile. Certaines personnes feront semblant d’y parvenir, en faisant le déni de la chose. Croyant qu’ils s’en sortiront plus aisément ainsi. Par contre, l’effet dévastateur risque fortement de leur sauter à la figure telle une bombe et ça…. c’est encore plus pire. C’est une véritable déflagration.

Et il y a ces personnes qui prennent un temps très long pour parvenir à faire ce deuil. Et ces personnes sont parfois harcelées par les réactions des autres qui désirent que tout cela prenne fin assez rapidement. Question de passer à autre chose et que tout le reste demeure dans le tiroir verrouillé à clef.

Seulement, rien n’est aussi simple. Il faut le vivre son deuil. Et qu’importe le temps que cela prendra. 2 mois, 6 mois, 1 an, 2 ans et meme plus. L’important, c’est de pouvoir en parler, d’avoir des oreilles attentives et des coeurs sans jugement.

Et à partir de ces réactions différentes, j’ai écrit ce poème. Car un deuil, il ne suffit pas seulement que la personne soit passé dans le monde de l’oubli pour que cela soit important aux regards des autres.

Une séparation et que nous ne voyons plus la personne aimée, est aussi douloureux que l’est la mort. Ça fait mal en dedans!

Tourner la page
Faire son deuil
Regarder devant
Voilà tout ce que l’on me dit

Oublies ces images
Enterre ce cercueil
Vis dans le présent
Mais, c’est dur en maudit

Hier n’existe plus (je sais)
Il ne sera jamais plus (je sais)
On ne peut pas revenir en arrière
Rien ne sera plus de la même manière(Je sais aussi)

Je sais bien tout cela
Je sais que le passé ne reviendra pas
Dites tout cela à mon âme et mon coeur
Eux qui se noyent dans la douleur

Expliquez leur vous, qui semblez si forts
Qu’il faut oublier ce qu’était ma vie, mon port.
Oui allez y, expliquez leur
Pour que cesse cette affreuse douleur
Que cesse la peur de la solitude
La peur de toutes ces inquiètudes
La peur de n’avoir plus rien
De n’avoir que le froid au creu des reins.

Si vous saviez combien je rêve
Que survienne cette infinie trêve
Et que je puisse vivre
Sans autant souffrir
De ce temps où jadis
J’étais près d’elle, près de lui

Alors oui je sais
qu’il faut que je regarde devant
Seulement,
Laissez moi encore un peu de temps
Pour apprivoiser ces nouveaux instant
Oui, je sais
Laissez moi juste le temps
De guérir mes plaies du dedans
Et me faire l’idée que maintenant
Plus rien ne sera comme avant

Oui cessez
De me Harceler
.

(Poème écrit par moi comme tous les autres.)

Laisser un commentaire

 

allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
La Lorraine d'hier et d'auj... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer
| lespimoussessigneurs