• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 14 novembre 2010

Ha l’Amour!

Posté par Krikri Ma Puce le 14 novembre 2010

Aimer est une sensation étrange.

On croit ferme que l’amour et passion vont ensemble. Que sans la passion il n’y a pas d’amour, que sans amour il n’y a pas de passion.

Parlant de ma propre expérience, je dirais que la passion est un leurre. Un mensonge perturbateur auquel qu’il nous faut etre sur nos gardes pour ne pas s’y perdre.

A vrai dire, à chaque fois que la passion à croisé mon chemin, j’en ai souffert lamentablement. Et pourtant, meme mes unions sans passion  m’ont fait souffrir, seulement, différemment.

La passion nous enleve toute logique, tout bon sens. On se laisse guider par elle se disant qu’il n’y a que ça. Certes, on peut avoir des instants rationnels face à certaines responsabilités, mais on ne se rend pas compte que tout cela, ce n’est que du mensonge.

Non! je ne croirai plus la passion. Elle nous perturbe, nous fait faire des trucs incroyables, blessant des gens autour de nous, se fout de tout. La passion est égoiste, maudite, sournoise. Avec elle on pourrait tuer… Ce n’est pas de l’amour, c’est animal la passion.

Et l’amour lui, bien aujourd,hui je ne sais plus c’est quoi!

Je croyais que c’était de l’admiration envers quelqu’un, se sentir bien près de l’autre, avoir envie d’etre toujours près de cette personne, penser à elle (la personne) et faire des projets que par elle.

Pourtant, dernièrement, j’ai réalisé que ce n’était rien de tout cela.

Je suis là près d’un homme, que je dirais ne plus aimer comme je l’ai aimé au début de notre vie ensemble. Je l’ai maudit pour ces graves erreurs, Aujourd,hui, je suis neutre. Je ne crois plus en l’amour. Je ne crois plus que quiconque puisse avoir de sentiments véritables à mon égard, et j’en suis à me dire, qu’une vie de famille c’est ce qu’il y a de mieux.

Vivre pour nos enfants c’est ce qu’il y a de plus vrai. Parce que mes filles, meme si mes plus vieux jadis, on été la meme raison de vivre, sont ce qu’il y a de plus important dans ma vie.

Meme la passion n’a pas été assez forte pour briser ce lien. Et Dieux merci. Parce que je sais que j’aurais brimer la vie de mes enfants les détruisants plus que les aidant en étant trop égoiste.

Je sais en dedans de moi, que malgré mon malheur de femme, la mère que je suis est pleinement sereine. Je ne regrette pas d’avoir pensé à mes enfants pour leur vie futur que de ne penser qu’à moi.

On ne met pas des enfants au monde, pour les trimballer comme des chiens dans nos choix de vie en ne pensant pas à comment ils vivent tout cela.

Aujourd,hui, je suis en paix avec moi.

L’amour passion est un mensonge que je suis enfin parvenu à reléguer dans le passé. Je n’attend plus rien de lui. Et plus personne ne pourra me leurrer avec ça.

Tant qu’à l’amour tout court, lui aussi n’est pas pour moi. Je n’attend plus rien de lui non plus.  Je suis parvenue à ne plus souffrir à cause de l’amour. Je suis parvenue à reléguer au passé cet amour qui me déchirait les entrailles et me retenait d’etre bien avec moi meme.

Non je ne suis pas heureuse. Je ne suis pas malheureuse non plus. J’accepte simplement ma vie. Ce que je ne parvenais pas à faire jusqu’à récemment. Et ça, c’est très dangereux. Ne pas accepter là où nous sommes, peut etre très destructeur. On s’accroche au passé qui n’est plus, on ne croit pas en l’avenir et le présent nous fait chier… (pardon mais c’est ça) Alors qu’accepter, lacher prise, tout devient limpide et nous parvenons à trouver l’équilibre entre nous meme.

La paix survient alors ouvrant la porte de l’avenir.

Non, je ne sais pas ce qu’il me réserve, mais bon, je suis prete.

Advienne que pourra, ma famille sera toujours ce qui me gardera en équilibre. Et quand je serai vieille, très vieille, parce que je commence déjà à l’etre, (sourire amusé) bien, j’aurai au moins la satisfaction d’avoir fait quelque chose de bien, éduquer mes enfants, leur donner le meilleur de ce que je suis tout en sachant que je ne suis pas parfaite, que j’ai commis et commettrai encore des erreurs, tout en en les aimant tels qu’ils sont, meme si parfois j’ai été déçue.

N’en demeure pas moins, que ce sont mes enfants, que je suis fière d’eux et que je les aimerai toujours. Ça cet amour là, n’est pas un leurre, il est vrai, profond. Je crois que c’est ça le vrai sens de l’amour.

Publié dans 04-Un peu de moi | 2 Commentaires »

Trouver la paix

Posté par Krikri Ma Puce le 14 novembre 2010

Je suis là ce matin à vouloir écrire cet article qui mijote dans ma tete. Un article sur une sensation qui vient à nous avec le temps face aux épreuves, aux gestes faits et mots dits et aux sentiments épurés.

Quand ont vit la colère, la frustration, on ne peut accepter ce qui se passe et ce que nous sommes à ces moments perturbateurs. On ne peut vivre pleinement et sereinement l’avenir parce que nous ne sommes pas au diapasion de l’Harmonie du temps.

Étrangement pourtant, la paix du coeur et de l’ame viennnent parfois, et simplement, lorsque nous sommes confronté à l’innéluctable, telle la mort. Avec elle, on ne peut pas négocier. Seulement, si nous avons le temps de faire nos adieux, de dire ce que l’on a pas toujours eut le temps et le courage de dire, on parvient, malgré la douleur de la perte d’un etre aimé, à parvenir à trouver la paix.

Dire ce que nous avions jamais osé avouer, accepter la mort sans la maudire, sont en soit des besoin essentiels pour qu’après on parvienne à laisser partir sans aucun regrets ou remords et savoir que la personne qui s’en va à ce dernier repos, ne souffrira plus.

On peut aussi, au travers ce temps alloué entre la vie et la mort d’un etre, parvenir à faire la paix aussi avec ceux qui nous entourent. Découvrir que la douleur que vivront ces proches, serait assez difficile, que nous parvenons à pardonner pour qu’enfin l’avenir puisse pour ceux qui resteront, être plus serein.

Là aussi, accepter que les gestes d’hier, demeurent dans le passé et ne viennent plus perturber l’avenir qui lui, est encore à construire. Ne plus en vouloir, ne plus maudire, mais seulement offrir ce pardon et le dire, pour qu’enfin, en nous, survienne cette paix et la continuité d’une famille.

Je suis en paix avec moi meme


Et François, malgré la douleur de la perte de son père, est aussi en paix avec lui. Il a eut la possibilité de vivre de près les derniers moments près de son papa. Un mois à être à son chevet d’hopital, le voir dépérir et ne plus etre présent. Il a eut tout le temps d’accepter que la fin arrive. De lui dire ce qu’il avait à lui dire. Et de savoir, qu’il ne souffrirait plus lorsqu’il ne serait plus.

Isadora, Annabelle et moi, nous sommes à ses cotés.
Demain, sera le dernier adieu à cet homme discret

Publié dans -Reflexions, 06-Mes écrits | Pas de Commentaire »

 

allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
La Lorraine d'hier et d'auj... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer
| lespimoussessigneurs