• Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Tout là haut sur Sa Montagne

Posté par Krikri Ma Puce le 16 novembre 2010

Merci Chantal Pary de cette sublime chanson.

Image de prévisualisation YouTube

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion2 | Pas de Commentaire »

Petit mot….

Posté par Krikri Ma Puce le 16 novembre 2010

Aujourd’hui je laisse vagabonder mes pensées. D’une rive à l’autre, je les laisse s’entrechoquer, se cotoyer, se saluer, pour laisser libre cour à mon imagination.

Sincèrement, je suis entre deux eaux. Remplie des souvenirs tout frais d’hier des belles funérailles de mon beau père et remplie d’idées futures pour de nouveaux écrits et nouvelles surprises à vous offrir ici.

D’autant plus, que j’ai un désir d’écrire un petit mémoire sur cette journée d’hier. Une journée en douce tristesse et magnifique beauté.

Je suis totalement partagée. Pour ici, je sais que je vais aller de l’avant, mais ce à partir de demain. Je vais surtout tenter de travailler aujourd’hui sur des images à vous présenter. Tranquillement, en étant là surtout pour ma famille, parce que mes filles restent à la maison. Journée relaxe pour elles après ces moments d’hier où elles sont vécu des moments d’émotions.

Et moi, bien, j’ai été là pour ceux qui en avaient besoin. Ma belle maman surtout.

Maintenant, je vais penser à noel, aux calendrier de l’Avent, aux cadeaux à vous offrir, aux textes à écrire….En plus de mes coups de coeur sur d’autres sujets qui me touchent.

Je vais conclure en vous disant,

À bientot chers amis amies blogueurs et autres personnes qui visites mon blogue…

Amicalement
Bises.
Krikri tout simplement.

Publié dans -Reflexions, 04-Un peu de moi | 2 Commentaires »

Funérailles

Posté par Krikri Ma Puce le 15 novembre 2010

C’est aujourd’hui…. Yves s’en va au tombeau familial….

 Rien de plus à dire qui n’a été dit dans les message précédents.

Juste à cliquer sur l’image de Yves vers la droite et vous pourrez tout lire sur lui depuis son entrée à l’hopital au début d’octobre jusqu’à aujourd’hui.

Son dernier voyage vers son repos éternel. Qu’il soit au ciel en devenant un ange, ou qu’il dorme indéfiniment, maintenant il ne souffre plus du cancer qui l’a emporté. Le cancer du pancréas.

Au revoir beau papa

Je prendrai soin de François votre fils, de Yolande votre femme et bien sur de mes petits enfants et votre fille Sylvie ne sera pas seule non plus entourée de Michel son mari et des gens qui l’entoure.

 Soyez en paix.

Publié dans 02-Ma Famille et... | Pas de Commentaire »

Ha l’Amour!

Posté par Krikri Ma Puce le 14 novembre 2010

Aimer est une sensation étrange.

On croit ferme que l’amour et passion vont ensemble. Que sans la passion il n’y a pas d’amour, que sans amour il n’y a pas de passion.

Parlant de ma propre expérience, je dirais que la passion est un leurre. Un mensonge perturbateur auquel qu’il nous faut etre sur nos gardes pour ne pas s’y perdre.

A vrai dire, à chaque fois que la passion à croisé mon chemin, j’en ai souffert lamentablement. Et pourtant, meme mes unions sans passion  m’ont fait souffrir, seulement, différemment.

La passion nous enleve toute logique, tout bon sens. On se laisse guider par elle se disant qu’il n’y a que ça. Certes, on peut avoir des instants rationnels face à certaines responsabilités, mais on ne se rend pas compte que tout cela, ce n’est que du mensonge.

Non! je ne croirai plus la passion. Elle nous perturbe, nous fait faire des trucs incroyables, blessant des gens autour de nous, se fout de tout. La passion est égoiste, maudite, sournoise. Avec elle on pourrait tuer… Ce n’est pas de l’amour, c’est animal la passion.

Et l’amour lui, bien aujourd,hui je ne sais plus c’est quoi!

Je croyais que c’était de l’admiration envers quelqu’un, se sentir bien près de l’autre, avoir envie d’etre toujours près de cette personne, penser à elle (la personne) et faire des projets que par elle.

Pourtant, dernièrement, j’ai réalisé que ce n’était rien de tout cela.

Je suis là près d’un homme, que je dirais ne plus aimer comme je l’ai aimé au début de notre vie ensemble. Je l’ai maudit pour ces graves erreurs, Aujourd,hui, je suis neutre. Je ne crois plus en l’amour. Je ne crois plus que quiconque puisse avoir de sentiments véritables à mon égard, et j’en suis à me dire, qu’une vie de famille c’est ce qu’il y a de mieux.

Vivre pour nos enfants c’est ce qu’il y a de plus vrai. Parce que mes filles, meme si mes plus vieux jadis, on été la meme raison de vivre, sont ce qu’il y a de plus important dans ma vie.

Meme la passion n’a pas été assez forte pour briser ce lien. Et Dieux merci. Parce que je sais que j’aurais brimer la vie de mes enfants les détruisants plus que les aidant en étant trop égoiste.

Je sais en dedans de moi, que malgré mon malheur de femme, la mère que je suis est pleinement sereine. Je ne regrette pas d’avoir pensé à mes enfants pour leur vie futur que de ne penser qu’à moi.

On ne met pas des enfants au monde, pour les trimballer comme des chiens dans nos choix de vie en ne pensant pas à comment ils vivent tout cela.

Aujourd,hui, je suis en paix avec moi.

L’amour passion est un mensonge que je suis enfin parvenu à reléguer dans le passé. Je n’attend plus rien de lui. Et plus personne ne pourra me leurrer avec ça.

Tant qu’à l’amour tout court, lui aussi n’est pas pour moi. Je n’attend plus rien de lui non plus.  Je suis parvenue à ne plus souffrir à cause de l’amour. Je suis parvenue à reléguer au passé cet amour qui me déchirait les entrailles et me retenait d’etre bien avec moi meme.

Non je ne suis pas heureuse. Je ne suis pas malheureuse non plus. J’accepte simplement ma vie. Ce que je ne parvenais pas à faire jusqu’à récemment. Et ça, c’est très dangereux. Ne pas accepter là où nous sommes, peut etre très destructeur. On s’accroche au passé qui n’est plus, on ne croit pas en l’avenir et le présent nous fait chier… (pardon mais c’est ça) Alors qu’accepter, lacher prise, tout devient limpide et nous parvenons à trouver l’équilibre entre nous meme.

La paix survient alors ouvrant la porte de l’avenir.

Non, je ne sais pas ce qu’il me réserve, mais bon, je suis prete.

Advienne que pourra, ma famille sera toujours ce qui me gardera en équilibre. Et quand je serai vieille, très vieille, parce que je commence déjà à l’etre, (sourire amusé) bien, j’aurai au moins la satisfaction d’avoir fait quelque chose de bien, éduquer mes enfants, leur donner le meilleur de ce que je suis tout en sachant que je ne suis pas parfaite, que j’ai commis et commettrai encore des erreurs, tout en en les aimant tels qu’ils sont, meme si parfois j’ai été déçue.

N’en demeure pas moins, que ce sont mes enfants, que je suis fière d’eux et que je les aimerai toujours. Ça cet amour là, n’est pas un leurre, il est vrai, profond. Je crois que c’est ça le vrai sens de l’amour.

Publié dans 04-Un peu de moi | 2 Commentaires »

Trouver la paix

Posté par Krikri Ma Puce le 14 novembre 2010

Je suis là ce matin à vouloir écrire cet article qui mijote dans ma tete. Un article sur une sensation qui vient à nous avec le temps face aux épreuves, aux gestes faits et mots dits et aux sentiments épurés.

Quand ont vit la colère, la frustration, on ne peut accepter ce qui se passe et ce que nous sommes à ces moments perturbateurs. On ne peut vivre pleinement et sereinement l’avenir parce que nous ne sommes pas au diapasion de l’Harmonie du temps.

Étrangement pourtant, la paix du coeur et de l’ame viennnent parfois, et simplement, lorsque nous sommes confronté à l’innéluctable, telle la mort. Avec elle, on ne peut pas négocier. Seulement, si nous avons le temps de faire nos adieux, de dire ce que l’on a pas toujours eut le temps et le courage de dire, on parvient, malgré la douleur de la perte d’un etre aimé, à parvenir à trouver la paix.

Dire ce que nous avions jamais osé avouer, accepter la mort sans la maudire, sont en soit des besoin essentiels pour qu’après on parvienne à laisser partir sans aucun regrets ou remords et savoir que la personne qui s’en va à ce dernier repos, ne souffrira plus.

On peut aussi, au travers ce temps alloué entre la vie et la mort d’un etre, parvenir à faire la paix aussi avec ceux qui nous entourent. Découvrir que la douleur que vivront ces proches, serait assez difficile, que nous parvenons à pardonner pour qu’enfin l’avenir puisse pour ceux qui resteront, être plus serein.

Là aussi, accepter que les gestes d’hier, demeurent dans le passé et ne viennent plus perturber l’avenir qui lui, est encore à construire. Ne plus en vouloir, ne plus maudire, mais seulement offrir ce pardon et le dire, pour qu’enfin, en nous, survienne cette paix et la continuité d’une famille.

Je suis en paix avec moi meme


Et François, malgré la douleur de la perte de son père, est aussi en paix avec lui. Il a eut la possibilité de vivre de près les derniers moments près de son papa. Un mois à être à son chevet d’hopital, le voir dépérir et ne plus etre présent. Il a eut tout le temps d’accepter que la fin arrive. De lui dire ce qu’il avait à lui dire. Et de savoir, qu’il ne souffrirait plus lorsqu’il ne serait plus.

Isadora, Annabelle et moi, nous sommes à ses cotés.
Demain, sera le dernier adieu à cet homme discret

Publié dans -Reflexions, 06-Mes écrits | Pas de Commentaire »

s’ouvrir à demain

Posté par Krikri Ma Puce le 12 novembre 2010

Faut il toujours offrir le meilleur de nous pour ne pas avoir à regretter un jour d’avoir passé à coté d’un fait, d’une situation ?

J’écris là, comme ça, suivant l’inspiration qui me vient au bout des doigts, m’interrogeant sur le comment des choses. Et j’avoue que là, je me sens bien étrange devant le drame que vit la famille de mon conjoint.

Je n’ai pas mal et ne je ne suis pas insensible. Je suis touchée par tout ce qui se passe après la mort. À l’écoute sans etre traumatisée, seulement je sens une différence en moi qui se passe et qui éloigne le passé d’une manière définitive.

Cette mort, ouvre la porte à un renouveau. Non pas à cause de cette mort mais par le fait que les gens qui en souffrent, je me dis que la souffrance est assez forte qu’il me faut oublier et enterrer hier pour donner le soutien, la tendresse, l’écoute que ces gens auront besoin, et surtout, que cet homme vivant à mes cotés, les recoivent sans arrière pensée.

Fini en fait de souffrir moi meme pour offrir à celui meme qui jadis à causé bien du mal le pardon muet de cette souffrance engendrée par deux actes qui auraient pu totalement tout détruire. Je ne ferai pas l’étalage de ces méfaits, mais j’exprime surtout que la rancoeur ne sert à rien. Parce qu’elle brime l’etre, autant soi que les autres pour un quelque chose qui ne donne rien en bout de ligne

Pour moi, le bien etre de mes filles a toujours primé, au point de me sacrifier pour leur bonheur. Sans aucun regret. On ne met pas des enfants au monde pour détruire leur vie par égoisme. Surtout quand ce bonheur en grande partie, de leur vie d’enfants, provient d’un père aimant et présent.

Aujourd’hui, ce père, perd son propre père. Il a de la peine. En souffre. Et ça me touche réellement. Je me sens assez forte pour l’aider et rester près de lui pour ne pas faire plus couler le bateau qu’il en faut.

Non je ne parle pas d’amour, mais du reste. De ce qui fait qu’en vieillissant, réalisant que l’amour n’est plus pour nous, qu’on accepte l’innéluctable. Mes filles jusqu’à ce qu’elles soient grandes auront toujours cette première place. Fini de me dire que je passe à coté du bonheur. Il n’existe pas le bonheur. C’est une chimère. Il faut juste savoir tirer du mieux de cette vie bien dure et cruelle et l’accepter telle quelle.

Dès qu’on cesse de rever à l’impossible, la réalité devient plus facile à vivre. Plus gérable et on parvient à surpasser le drame pour en faire quelque chose de bien.

Yves, par la fin de sa vie et sa mort, a apporter sans le savoir, (meme si là, il sait) ce maillon manquant à l’unité d’une famille. En parlant de la nôtre. Libérant les toxines du mal etre pour vivre le présent sans plus réver à l’imaginaire.

Je ne sais pas si ceci est compréhensible pour vous. En ce qui me concerne, cet article illumine ma clairvoyance, la rendant encore plus évidente dans mon esprit.

Quand on accepte les choses telles quelles sont, on ne peut que offrir aux nouvelles portes de s’ouvrir.

 

 

Publié dans -Reflexions, 04-Un peu de moi | 1 Commentaire »

Au revoir

Posté par Krikri Ma Puce le 11 novembre 2010

Au revoir à vous beau papa. Que ce voyage vers là haut vous soit le repos que vous attendiez.

 Nous penserons tous à vous et je vous promets d’etre là près de ceux qui restent pour les aider. Autant François votre fils, le père d’Isadora et d’Annabelle que de votre femme et votre fille Sylvie (soutenu aussi par son mari Michel) et vos autres petits enfants, Alexandre, Julie et Gabrielle.

 Soyez en paix, ils ne sont pas seuls.

Faites nous signe de temps en temps…

Bon voyage Yves.

Une brue qui malgré tout vous appréciait.

Christiane.

Publié dans 02-Ma Famille et... | 8 Commentaires »

C’est du passé

Posté par Krikri Ma Puce le 11 novembre 2010

C‘est fini de penser à lui
Enfin, ça ne me blesse plus
Son besoin de lui à disparu
Tout est bel et bien fini

Dans ma tete et mon coeur
Un calme en guise de bonheur

Passe le temps et change l’histoire
Ainsi se transforme le miroir
Savoir tourner la page
Savoir vivre avec son age
En Harmonie avec mon reflet solitaire.

Ce poème ce veut une conclusion à une histoire de coeur qui n’est plus et de vivre avec les moments présents qui eux, font véritablement partis de ma vie. Terminé de vivre dans un histoire passé qui ne m’a apporté que mirage. Aujourd’hui la réalité est telle, que le passé est bel et bien mort.

Je me devais de l’écrire
Ma manière à moi de me dire
Que je vis maintenant
Et non plus ce qui était avant.

Publié dans 04-Un peu de moi, Poemes | 2 Commentaires »

Je voudrais…

Posté par Krikri Ma Puce le 9 novembre 2010

Je voudrais que le temps
s’arrete
Pour qu’un doux instant
je m’apprete
À pouvoir reprendre
Courage
Et parvenir à comprendre
Ce message
Qu’est le sens de la vie
En profondeur
Avec un brin de poésie
Au fond du coeur

J’aimerais pouvoir dire
Merci
Offrir un large sourire
A ma vie
Mais, comme une enfant
je pleure
Parce qu’en dedans
J’ai peur

Ma vie n’a pas été ce jardin
De roses
Plutot semés de grains
en prose
Se profilant la misère
Au profil
D’un cynisme imaginaire
qui se faufile.

Pourtant je poursuis
Cette Route
Où je maudis
Ces doutes
Qui d’un rire
Mauvais
Me font souffrir
Sans regret

Publié dans Poemes | 6 Commentaires »

Un petit Instant

Posté par Krikri Ma Puce le 9 novembre 2010

Parfois il suffit de peu pour offrir aux gens un petit sourire qui donne à leur vie un certain regain de bonne humeur, de joie.

On ne se rend pas compte de ce petit rien qui change le tournant d’une journée. Il y a assez de ces choses qui changent en douleur ou en peine, que de tenter d’offrir un mieux, soit-il que passager, fait tout de meme , la différence.

Un coucou sans façon, une participation anodine, un sourire sans raison palpable, un regard tendre, tout ça, peut changer la vie d’une personne, à se sentir moins seule, sentir que quelqu’un s’intéresse, meme si c’est peu à nos yeux.

Pourquoi ne pas offrir un petit instant sans prétention ?

Comme écrire  » Ça me fait tendrement sourire ce message » et non pas un lol sans valeur.
Ou encore,
 »Ça me fait dire qu’il faudrait que je souris aux gens que je croise dans la rue, »
Ou encore,
 »Merci, ça me fait du bien de savoir que l’on peut faire du bien aux autres et pas qu’à soi meme. »
Ou simplement vos propres mots.

Arretez vous, ne serait-ce que quelques petites secondes, et saluer là où vous passez. C’est un rayon de soleil dans une grisaille de coeur, dans une tempete émotive, dans un ouragan de solitude, dans un tsunami de dégout.

Et vous?  Vous sourire, ou vous saluer, ne vous fait il pas de bien, le temps que ce moment passe ? Moi si, ça me change les idées. Me donne de l’essence pour aller un peu plus loin dans ma journée en me disant que je ne suis pas invisible.

Allez, je vous laisse, en vous disant simplement,

Pensez au bien que vous pouvez faire, juste par un tendre sourire, un salut de passage.

Une pensée pour Yves, qui bientot ne sera plus. Que Dieu vous garde. Que votre âme monte au ciel, l’enfer vous le vivez en ce moment. Et vos proches il y a des gens autour qui sauront les réconfortés.

Et que Louise, votre fille morte à l’age de 5ans par la Leucémie vous accueille les bras grands ouverts.

Je lève ainsi ma tete vers le ciel et ferme les yeux dans une petite prière muette pour cet homme qui a donné le meilleur de lui dans ce qu’il a été. Un homme tout simplement. Pas un Dieu, un homme, un père.

Publié dans -Reflexions, 02-Ma Famille et..., 06-Mes écrits | 4 Commentaires »

123
 

allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
La Lorraine d'hier et d'auj... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer
| lespimoussessigneurs