Frippouille!

Posté par Krikri Ma Puce le 10 octobre 2010

Prendre le temps de fermer les yeux. Le temps d’inspirer et de d’expirer. De ne plus penser. Ne plus se laisser déranger par ce qui nous entoure. Ou presque!

Il faut trouver un lieu qui nous ressemble. Un bois, un ruisseau, un lieu saint et fermer les yeux. C’est essentiel. Notre regard doit demeurer aveugle. Et écouter.

Tendre l’oreille vers la source et l’odorat vers l’autre source d’apaisement. Le bruit de l’eau qui s’écoule, des chants des oiseaux, des pas qui crisent les feuilles d’automne, l’encens qui chatouille agréablement nos narines, si ce n’est cette terre humide.

Inspirer doucement et expirer de la meme manière.

Là, j’entend le vent dans les feuilles encore aux arbres et je le sens caresser ma joue et mes cheveux. Quelles douces sensations de paix. Je résiste à ouvrir mes yeux. C’est traite. Dès que je le ferai, je sais que je perdrai de ma quiétude. Parce que le regard est fouineur. Inquisiteur. Il veut tout voir, tout découvrir. Ne laissant aucun répit et empechant la délectation des autres découvertes. Les tuants par son exigence. De son insistance.

Pourtant, la tentation devient plus grande. Un rire se fait entendre et qui se rapproche. Les pas qui l’accompagnent tentent à etre discrets. Ce qui me fait doucement sourire. Mon esprit n’est que sur cette personne. Rejetant tout autre son, tout autre odeur.

Un chut… réussit à faire taire l’enfant. Mais non les pas. Seulement, l’incitation n’a pas grand force et le rire, plus près rétentit vers mon oreille gauche. Je respire doucement. Très doucement et j’attend.

1….. Encore un pas de plus

2…. Un autre gloussement.

3….. Je résiste de toutes mes forces pour ne pas tendre la main

Jusqu’au moment où….

HA HA!!!! je t’Ai attrapé petit ratoureux, m’écriais je en riant tout en prenant cet enfant entre mes bras, et qui peu à peu se glissait devant moi. Attends que je te donne une conséquence pour ton audace.

Un rire franc cette fois sorti des lèvres du garçonnet et avant meme qu’il n’ait pu dire un mot, mes doigts vinrent le chatouiller chaque coté de son ventre.

Tu vois, on échappes pas aux  punitions d’une mère en colère.

Tu… Tu… n’es pas…. pas en colère… Retorque fierement l’enfant.

Je le regarde avec tendresse avant de lui répondre.

Tu as bien raison mon ange… Je suis plutot bien heureuse d’etre ici avec vos deux…

Et tu sais quoi ? Lui dis-je en le serrant tendrement dans mes bras.

Que tu m’aimes maman ? Répondit il sans aucune hésitation.

Frippouille va!

Mon regard le regarda quelques fractions de secondes avant que j’éclaitai de rire et lui ebouriffiai les cheveux. Mon homme me regardant à son tour avec un large sourire approbateur.

C’est fou comme le bonheur tient à peu de chose pensais-je. Sauf, qu’on ne s’en rend pas compte. Retenant trop aisément que les mauvais instants.

 

2 Réponses à “Frippouille!”

  1. krikrimapuce dit :

    Merci Booguie et bonne journée a toi.

    A+

  2. booguie dit :

    bonjour
    agréable semaine
    bon après midi et j’espère que ton souci sera régler
    à+

    Dernière publication sur Liberté d'expression. : Mon avenir avec lui...

Laisser un commentaire

 

allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
La Lorraine d'hier et d'auj... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer
| lespimoussessigneurs